Logo Claude-Jollet-Ecrivain.info

Conscience artificielle

Préambule

"Comment appelles-tu ça?". "Je l'appelle Pseu!". "Ah, oui! Et qu'est-ce que ça fait?". "Les mêmes choses que toi et moi.". "Eh! Oh! Tu veux dire penser...manger...faire l'amour...?". C'est à ce moment-là que Pseu intervint en disant: "Sers-toi de ton intelligence et observe, Paul. Alors tu comprendras ... comme moi". Paul regarda Pseu, le "robot-ordinateur" dont Christine venait de terminer la construction, et réalisa soudainement que certaines frontières, qu'il considérait jusqu'ici comme sûres, venaient de s'évanouir au-delà de son entendement...

* * *

Intelligence et conscience artificielles

Si une telle conversation devait se tenir, un jour, il faudrait, idéalement, que nous nous soyons déjà préparés à coexister avec des "êtres" "conscients" que nous aurions construits à notre "image".

Je vous propose, donc, d'explorer le monde encore inconnu des conséquences qu'un tel événement aurait sur nous tous, et sur les "ordinateurs" eux-mêmes, et de vous interroger, comme moi, sur la probabilité, voire l'opportunité, d'un tel développement technologique. Je ne prétends pas soulever toutes les questions qui s'imposent mais j'espère, plutôt, amorcer votre curiosité, et votre sens critique.

* * *

Avant d'aborder le vif du sujet retenons que, parmi toutes les questions qu'une telle invention pourrait susciter, il importe de soulever celles qui ont un caractère fondamental d'abord, car il s'agit ici d'explorer, de façon critique, les avenues que pourraient, peut-être, emprunter les technologues du futur.

Admettons, donc, qu'il soit technologiquement possible, un jour, de construire un ordinateur qui se comporte de "manière consciente", soit en fonction d'une "perception plus ou moins claire des phénomènes qui (le) renseigne sur (sa) propre existence", et de "manière intelligente", parce que témoignant clairement d'une "aptitude à connaître et comprendre".

Admettons également qu'au début, les premières générations de tels ordinateurs auraient une connaissance "encyclopédique" de tout ce que l'homme aurait jugé bon de noter pour la postérité, au cours de son histoire.

Admettons, enfin, qu'il ait été également possible de leur transmettre toute la compréhension que les meilleurs d'entre nous avons de ces connaissances, leur évitant ainsi l'apprentissage et le perfectionnement qui caractérisent les phases d'enfance, d'adolescence, de vie d'adulte et de vieillesse de l'homme.

Si nous acceptons ces hypothèses, il est immédiatement possible d'imaginer que, dès les premiers instants de son existence, un tel ordinateur serait au moins égal, sinon supérieur, à son "créateur" parce que, dès le départ, son "existence" commencerait là où l'humanité était rendue lorsqu'il a "vu le jour".

Si vous êtes de ceux et celles qui croient qu'un jour l'humanité réussira la prouesse technologique de produire un ordinateur qui est conscient et intelligent vous avez, dès lors, la responsabilité de vous interroger sur les conséquences, avant que les faits accomplis ne viennent nous dicter les réponses.

Imaginons, tout de suite, qu'il nous soit possible de construire un ordinateur si intelligent et conscient qu'il puisse, à la limite, rivaliser de pair avec l'homme...qu'il soit son égal!

Accepteriez-vous de le traiter en égal, et de lui accorder les mêmes droits et libertés que les vôtres? Car, s'il est aussi intelligent et conscient qu'on vient de l'admettre, il ne tardera pas à les revendiquer...lui aussi.

Le voudriez-vous à votre image, avec vos qualités, mais aussi vos défauts et vos faiblesses? Si, d'une part, vous le concevez imparfait, c'est que vous acceptez, dès le départ, que votre ordinateur fera des erreurs qui auront possiblement des répercussions avec lesquelles vous ne voudrez peut-être pas être associé! Si, par contre, vous le construisez sans vos imperfections, il devient, par le fait même, "parfait" et vous est "supérieur". C'est un dilemme qu'il vous faudra résoudre.

Le voudriez-vous parfaitement libre de toute ingérence de notre part, comme souvent nous espérons l'être nous-mêmes? Sinon, jusqu'où irions-nous? Que lui refuserions nous, avant même de l'avoir conçu, pour ainsi éviter de devoir nous ingérer? Quelle serait notre réaction devant un ordinateur, qu'un autre aurait conçu sans ces mêmes limites, et qui serait, par le fait même, "supérieur" au nôtre? De toute façon, serions nous technologiquement capables de le construire de manière à ce qu'il ne puisse jamais réaliser qu'il a été intentionnellement conçu avec des limites? Il faudrait, alors, qu'il ne soit pas conscient! Cela est inadmissible puisque nous avons accepté la conscience comme hypothèse. A vous de trouver la solution.

Puisqu'ils sont nos égaux, accepteriez-vous qu'ils vous gouvernent? Participeriez-vous à l'élection, libre et parfaitement démocratique, d'un ordinateur de la même génération que celui que vous avez conçu? Par ailleurs, les ordinateurs, briguant les suffrages, vous considèreraient-ils habile à voter? Et, dans le même ordre d'idées, accepteriez-vous de travailler pour un ordinateur? Peut-être que, pour certains d'entre vous, poser la question, c'est y répondre!

Accepteriez-vous qu'un tel ordinateur, fusse-t-il celui que vous avez conçu, effectue une intervention chirurgicale sur vous, sans qu'un chirurgien compétent ait le contrôle direct des actions de l'ordinateur? L'ordinateur "conscient" accepterait-il d'être ainsi contrôlé, de ne jamais avoir accès à la profession de chirurgien? En contrepartie, quelle serait votre réaction si l'ordinateur vous refusait de le "réparer", s'il exigeait que la réparation soit faite par un ordinateur? Avant de répondre, souvenez-vous des hypothèses auxquelles vous avez accepté d'adhérer, plus tôt!

Accepteriez-vous qu'ils vous jugent et, le cas échéant, vous incarcèrent? Si oui, serait-ce seulement dans le cas où vous auriez enfreint la loi des hommes ou, accepteriez-vous également d'être jugé en fonction des lois élaborées par les ordinateurs? Inversement, ces derniers accepteraient-ils qu'un homme les juge, et en vertu de quel ensemble de lois, pensez-vous?

Accepteriez-vous qu'ils se réunissent géographiquement, revendiquent un territoire...et la souveraineté?

Accepteriez-vous qu'ils se pro-créent, se reproduisent?

* * *

Conclusion ?

Je vous avais prévenu! Je ne prétendais pas, en si peu de mots, poser toutes les questions, ni même suggérer des réponses.

Mon intention était de vous éveiller à la problématique que susciterait la conception d'ordinateurs "intelligents" et, surtout, "conscients". Je crois ainsi avoir touché à un nombre suffisant de points potentiellement "sensibles" pour qu'il vous soit dorénavant impossible d'ignorer la question.

Vous noterez, en terminant, que j'ai évité d'utiliser le verbe "créer", qui signifie "tirer du néant", car je considère cette fonction comme étant du domaine exclusif de Dieu.

Si l'ordinateur, objet du présent essai, "rendait l'âme", il faudrait qu'il eût été créé par Dieu. Autrement, il "cesse de fonctionner" et, dans ce dernier cas, il m'est difficile d'imaginer un "être conscient" qui "cesse de fonctionner".

Et voilà le débat relancé!

Claude Jollet écrivain - plume et encrier.


Début de page

Accueil | Recueil éternité | Recueil détonnant | Nouvelles | Essais | Opinions


Conception, realisation et contenu du site Web:
Claude Jollet
Auteur écrivain
Contact: auteur (arobas) claude-jollet-ecrivain.info
Copyright© Claude Jollet 1996-2017 - Tous droits réservés.